LE BLOG

LA MULTIPLICATION DES SALLES D'ESCALADE

La prolifération des salles d'escalade est-elle une bonne chose?

Un des aspects que nous adorons dans l’escalade, c’est sa diversité. Des spots d’escalade aux différents styles de grimpe, on ne s’ennuie pas. Donc quand nous parlons de l’expansion rapide des salles d’escalade que l’on a connue ces dernières années, nous devrions être contents. En effet, cette prolifération signifie que nous pouvons grimper sur plus de murs, rencontrer plus de gens, et ça veut dire que nous ne sommes jamais trop loin d’une salle d’escalade. Mais est ce que cette expansion peut être durable?

En 2013, il y a eu une campagne pour intégrer l’escalade aux Jeux Olympiques de 2020. OK, c’est l’escalade de vitesse qui a été mise en avant, mais le sport en général a connu un réel engouement. Au Royaume Uni par exemple, le nombre de pratiquants a augmenté, mais aussi le nombre de personnes cherchant à investir dans ce marché. Avec ça, on a connu un petit boom de salles d’escalade qui se sont ouvertes dans le pays, mais cette progression a ralenti dès qu’on a su que, finalement, l’escalade ne ferait pas partie des JO. La progression ne s’est tout de même pas arrêtée – des nouveaux murs continuent à apparaître partout dans le pays. Prenons l'exemple de Sheffield, la capitale de l’outdoor du Royaume Uni; en 5 ans, la ville a connu l’ouverture de centres de compétitions nationaux, l’expansion du nombre de salles, mais aussi la fermeture de certaines. Sheffield a la plus longue histoire dans le domaine, puisqu’elle a vu le tout premier mur d’escalade artificiel ouvrir il y a 25 ans. Pouvons nous donc dire que la ville reflète la situation générale du secteur de l'escalade? Allons nous voir les centres importants devenir plus forts et les plus petits stagner ou disparaître? Ou allons nous voir le meilleur de la concurrence - avec des plus petites salles plus spécialisées ou qui ont plus de caractère, ce qui a tendance à manquer aux grandes salles?

Avec la professionnalisation du secteur, ce sont trop souvent les "grands décideurs" qui définissent les directions à prendre. Espérons que la raison du plus fort ne prenne pas le dessus et que les plus petits centres puissent proposer leur propre expérience et produit unique, pour apporter à l’escalade une plus grande diversité. La stabilité mène à la stagnation, la stagnation mène à l'ennui, et l'ennui est mère de tous les maux!!!

Leave a comment